27/02/2003

BlaiseCVOYOUCRATIE 

Des voyous et des criminels, on en trouve malheureusement dans toutes les couches sociales. De la base au plus haut sommet de l’état. Mr Arnaud Montebourg, député français de Saône-et-Loire l’a crié sur tous les toits en France. Il a dit et je cite « La présidence de la république n’a pas été faite pour servir de refuge aux délinquants. ». Monsieur Chirac qui semble si en train à donner des leçons à son homologue Ivoirien n’est pas un modèle de droiture dans son pays, car cette phrase au vitriole lui était destiné. Les accusations preuves à l’appui (fausses factures et emplois fictifs etc.) de détournements de deniers publics lorsqu’il était maire de la ville de paris portés contre lui par monsieur  Montebourg ne sont un secret pour personne en France. Ce monsieur refusa de répondre à une convocation du juge Halphen en invoquant son immunité présidentielle. Celui-ci en charge du dossier désirait simplement l’entendre en qualité de témoin vu que des éléments de procédure le désignaient, d’où le courroux et le combat de monsieur Montebourg contre ce délinquant planqué au palais de l’Élysée. Les juges n’attendaient plus que la sortie de monsieur Chirac en simple citoyen du palais de l’Élysée pour lui demander des comptes et l'écrouer si besoin. C’était sans compter avec la présence au second tour du scrutin présidentiel de monsieur Lepen, qui permit à monsieur Chirac d’échapper une fois encore à la justice et à monsieur Montebourg. Entre un délinquant et un fasciste raciste, le peuple français n'eut pas vraiment le choix.

Dans un tout autre registre, macabre celui-là. Blaise Compaoré, spécialiste en actions malfaisantes de tous genres : coups d’états, assassinats, tortures, exécutions sommaires, séquestrations, emprisonnements, trafics d’armes de guerres, massacres de populations civiles au Burkina et en Côte d’ivoire, soutient aux rebellions sanglantes et diamantifères du Liberia et de Sierra Leone, tractations financières en relations avec des entités terroristes (Al-QUAÏDA), trafic de diamants du sang, ose lui, prédire une fin devant la cour pénale internationale au président Gbagbo. On croit rêver, le monde à l’envers. Les délinquants et les criminels assignent les honnêtes gens en justice. Ces discours enchaînés de concerts avec son acolyte Chirac, ne font que dévoiler davantage les figures emblématiques de cette association de malfaiteurs dont est victimes la Côte d’ivoire. Ne dit-on pas que qui s’assemblent se ressemblent. Si l’un d’eux échappera à la justice de son pays à la fin de son second mandat à cause de la prescription, ce ne sera pas le cas du second dont aucune prescription ne pourra laver les mains ensanglantées lorsque le peuple Burkinabé lui demandera des comptes.

Le peuple Ivoirien agressé, blessé, et humilié doit porter plainte dans son ensemble devant les plus hautes juridictions internationales contre ces voyoucrates et fusilcrates pour atteinte à la sûreté de l’état, massacres de populations civiles et de garnisons militaires, tortures, vols, viols, destructions de biens publics, destructions de biens privés, infraction sur la possession d’armes de guerre, trouble de l’ordre public et association de malfaiteurs liée à une entreprise terroriste. Les chefs d'inculpations qu'on pourrait retenir contre les parrains des hordes barbares qui ensanglantent notre pays rempliraient aisément des dizaines de pages.