MAUVAISE FOI

Comme vous le constaterez en lisant cette page du numéro 420 de Marianne du 13 mai 2005 (ci-dessous) paru avant le referendum sur la constitution Européenne. L’information en France quand elle concerne les intérêts du président Chirac fait l’objet de sérieuses manipulations dont l’objectif est le but politique visé par celui-ci.

Vous constaterez dans le même temps que l’indignation des journalistes Français est à géométrie variable, qu’il s’agisse de leur pays ou d’un autre. Ils ne se gênent  pas pour suivre les directives des propriétaires des journaux pour lesquels ils travaillent quand il s’agit de se répandre en mensonges et en calomnies sur la Côte d’ivoire ou les Etats-Unis.

Les journaux Français appartenant pour la plupart à des personnes dont les entreprises dépendent beaucoup des commandes de l’état, ont donc tout intérêt à se plier aux directives de l’Élysée. Il n’existe donc pas à proprement parler de presse indépendante en France à quelques exceptions près (Le parisien, Le canard enchaîné). La collusion entre journalistes et politiciens étant beaucoup plus marquée en France que dans les autres pays Européens.

La mauvaise foi, l’hypocrisie, le mensonge et la calomnie font parties des traits caractéristiques du journaliste français.  «  La résistance Irakienne » quand il s’agit des terroristes Irakiens qui tuent, violent, volent et kidnappent tous les jours dans les rues de Bagdad. «Les milices extrémistes de Gbagbo » quand il s’agit du peuple Ivoirien qui se bat pour défendre sa liberté confisquée et qui pour cela est massacré par l’armée française qui voilée sous le nom de licorne tue, viole, et vole en Côte d’ivoire au su et au vu de ces journalistes peu scrupuleux qui se gardent bien d’en parler. Il suffit d’aimer et de défendre son pays pour être aussitôt un milicien extrémiste de Gbagbo aux yeux de ceux-ci. Si cela est vrai chirac doit se faire du souci, car les extrémistes se comptent aujourd’hui par millions en Côte d’ivoire, prêt à tous les sacrifices pour la défendre des griffes de chirac le raciste. Pour parodier une chanson populaire, je conclurai en disant que « Chirac n’aime pas le nègre, mais il aime les richesses du nègre »