continental_60_gbagboAprès l’euphorie suscitée par “les accords magiques de Ouga“ censés transformer les méchants rebelles et les vilains colons en doux agneaux, la réalité semble maintenant s’imposer à tous.  Ni les rebelles, ni les refondateurs et encore moins l’opposition – s’il en existe encore une- ne sont pressés de mettre fin à la crise, sans avoir une assurance certaine de leur victoire. Participant tous au “festin des vautours“, ils s’accommodent très bien du statuts-quo. Les maires et les députés, en poste depuis huit ans, malgré les bilans catastrophiques de nombres d’entre eux, ne se bousculent pas non plus pour réclamer des élections, que beaucoup sont certains de perdre.

Soro veut aller à son rythme. Pas étonnant, car personne n’a jamais été pressé de quitter le paradis. Il vit depuis cinq ans une situation paradisiaque qu’il n’aurait jamais imaginée même dans ses rêves les plus fous. Villas de luxes, véhicules de luxes, comptes bancaires garnis. Pouvoir politique, économique et financier en tant que premier ministre et chef rebelle. Pourquoi voulez-vous qu’il  s’empresse de mettre fin à son bonheur. Ne dit on pas que le malheur des uns fait le bonheur des autres ? 

Seulement, Soro, sa bande de tueurs analphabètes, les refondateurs manipulateurs et menteurs, ainsi que l’ensemble de la classe politique corrompue,  oublient que leur bonheur actuel est bâti sur la souffrance, la misère et le malheur de quinze millions de vies humaines. Ils pourront narguer le peuple pendant un certain temps, mais ils finiront par payer très chere cette incurie.

Si Houphouët ressuscitais, la seule personne à qui il demanderait des comptes serait à celui à qui il a confié la maison avant de s’en aller. Ce dernier, d’une incompétence et d’une ivrognerie notoire, à dilapidé en seulement quelques pr_conf1années le capital prestige laissé par le vieux. Aujourd’hui plus que jamais, par leur manie à reproduire les comportements malsains et criminels de l’ex-parti unique, l’on se rend compte malgré leur pseudo idéologie sociale passée à la trappe, que les prétendus opposants d’Houphouët, n’étaient en réalité animés que par l’envie et la jalousie.

Vivement un Jerry Rawlings ivoirien, pour nous débarrasser de tous ces vautours qui thumb_sankara_Rawllingpréfèrent leur ventre à leur pays et redonner ainsi aux ivoiriens leur fierté.