Taylor___Compaor__Nobel_du_Crime_copie

Charles Taylor, est actuellement jugé, par le tribunal pénal international pour la Sierra-Leone. Il tombe sous le coup de onze chefs d'inculpations, de crimes de guerre et crimes contre l'humanité, notamment de meurtres, tortures, viols, enrôlement d'enfants-soldats, esclavage sexuel et recours au travail forcé.

Ses accusateurs, reprochent à Charles Taylor, d'avoir aidé et financé les rebelles du Front révolutionnaire uni_39120806_amputee203ap_1 (RUF), qui cherchaient à prendre le contrôle de la Sierra Leone et à piller ses immenses richesses naturelles, particulièrement ces "diamants de la guerre", extraits au prix du sang. On estime qu'un demi-million de personnes ont été tuées ou sauvagement mutilées durant ce conflit alimenté et financé par le trafic de diamants dont le Burkina était devenu exportateur.

Rebelles_de_C_te_d_ivoireCe sinistre schéma à été reproduit en Côte d’ivoire, où les rebelles ivoiriens ont pu bénéficier de l’aide du Burkina-Faso de Blaise Compaoré, aujourd’hui classé septième exportateur mondial de cacao, alors que le climat de ce pays n’y permet pas la culture. Les richesses agricoles et minières, de la moitié nord de la Côte d’ivoire, encore sous la coupe de rebelles dirigés en sous-mains par Blaise Compaoré, sont pillées au profit de ce dernier depuis le 19 septembre 2002, soit depuis près de huit ans.

Les rebelles ivoiriens, comme Charles Taylor, ont effectué leurs entrainements dans des camps militaires misRUF_victim_Kargbo_wants_justice_eng_195 à leur disposition par Blaise Compaoré. Comme Charles Taylor, ils ont reçu un appui logistique, militaire et financier de ce dernier dans l’attaque de la Côte d’ivoire. En effet, des soldats de l’armée Burkinabé en civils, des rebelles de Taylor et ceux du RUF, ont pris part à l’attaque.

CHARLES_TAYLOR_RESIZE_LARGEBlaise Compaoré, apparait aujourd’hui aux yeux de tous, malgré ses efforts pour se donner une fausse image de" faiseur de paix", comme le véritable parrain des rébellions qui ont ensanglanté le Libéria, la Sierra-Léone et la Côte d’ivoire. Tous les éléments du procès en cour à la Haye le citent, car si Charles Taylor a effectivement armé et financé les rebelles du RUF, il est aussi de notoriété publique qu’il a, lui, été entrainé, financé et armé par Blaise Compaoré.