Nuit_du_Destin_3_Tariq_Ramadan

Le dimanche 5 septembre, pendant la nuit du destin, un certain Tariq Ramadan prononça un discours, retransmis en direct, devant des milliers de musulmans acquis à sa cause au palais de la culture, plein à craquer. Cet individu, inconnu de la majorité des ivoiriens, ne serait pas ce qu’il prétend être, c'est-à-dire un fervent religieux épris de paix et de concorde. Il faut donc prendre garde, et éviter que ce "taliban caché" ne vienne semer les poisons de la division et de la haine dans notre pays, car on assiste depuis quelques années à un repli communautaire chez nos frères musulmans. Découvrez ci-dessous une autre facette du personnage, qui disposerait d’un talent particulier pour diffuser son "venin" partout où il passe. Proprement inquiétant !

Lire l'entretien de Caroline Fourest par Christophe Ono-Dit-Biot 

Pourquoi avoir fait ce livre ?
Pour enfin faire la lumière sur Tariq Ramadan. Des théologiens musulmans libéraux, des intellectuelsNuit_du_Destin_4_Tariq_Ramadan arabes, des associations comme Ni putes ni soumises, dénoncent depuis des années son influence nocive. Sans être entendus. Il est encore souvent présenté dans les médias comme un simple intellectuel musulman voire comme un penseur qui va moderniser l’islam. Alors qu’il souhaite exactement le contraire. Jusqu’ici, les gens ont été mal informés. Ils sentent bien que c’est un homme sulfureux et même dangereux mais depuis quinze ans qu’il fait son numéro de charme dans les médias, il a toujours esquivé les critiques en criant au procès d’intention. On lui reproche de tenir un double discours, mais il s’en sort toujours en disant que personne n’en a jamais apporté la preuve. J’ai donc décidé de le faire, en me livrant à une étude complète de ses œuvres.

Cela paraît simple et pourtant personne ne l’avait fait jusque là, comment avez-vous procédé ?
De façon simple mais exigeante. J’ai ramassé tout ce que l’on pouvait trouver de lui dans les librairies islamistes (car c’est bien là qu’elles sont diffusées), comme à la librairie Tawhid qui est un peu son QG à Lyon. Le décryptage a été harassant car c’est un homme prolixe : il revendique une quarantaine de livres et plus de 170 cassettes. En réalité, il n’a signé une vingtaine de livres et seule une quarantaine de cassettes portant sur des sujets politiques ou de société sont en circulation. Elles sont en français et servent un peu de formation expresse à tous ceux qui souhaitent s’initier à l’islamisme. J’ai lu, écouté, retranscrit. Puis j’ai comparé avec ses déclarations dans la presse et sur les plateaux de télévision. Le résultat est très parlant. Dans la presse, Ramadan se présente comme un réformateur qui n’a « aucun problème avec la raison », d’accord à 100% avec la laïcité et qui encourage les jeunes à s’intégrer. En écoutant attentivement ses cassettes et en lisant certains de ses livres, on réalise qu’il fait tout le contraire ! Il prône un islam fondamentaliste, vomit les musulmans rationalistes (qu’il appelle « des musulmans sans l’islam »), dénonce l’intégration comme une assimilation,
demande aux jeunes de rester étanche à tout ce qui n’« est pas islamique » dans la culture occidentale et pousse ses fidèles à investir les associations laïques… pour qu’elles acceptent de la modifier ! Cela paraît simple à dire comme ça. Mais il m’a fallu 426 pages d’analyse pour mettre ces « trouvailles » à la portée du grand public. Car Ramadan est un véritable stratège et il est très doué pour utiliser une sémantique allusive apparemment inoffensive. Sauf si on possède une certaine culture, à la fois sur l’islam et sur l’islamisme. Le fait d’étudier les discours intégristes depuis plus de dix ans, notamment l’extrême droite chrétienne, m’a beaucoup servi. Il rêve du même monde mais au nom de l’islam.

Nuit_du_Destin_2_Tariq_RamadanOn soupçonne Ramadan d’être Frère musulman, une mouvance islamiste particulièrement redoutable, confirmez-vous ce soupçon ?
Oui. Ramadan nie appartenir à cette confrérie islamiste et martèle qu’on lui intente un procès en « délit génétique ». En effet, le mouvement a été créé en Egypte en 1928 par Hassan al-Banna, le grand-père de Tariq Ramadan, et s’est déployé au niveau international grâce à Saïd Ramadan, le père de Tariq Ramadan. Mais personne ne reproche à Ramadan d’être leur descendant. On lui reproche d’être leur héritier politique !
Les Frères musulmans ont pour objectif de « réformer les lois pour qu’elles se conforment à la législation islamique », grâce à une conquête sociale puis politique. La confrérie a toujours autorisé ses membres à nier toute appartenance pour ne pas être entravés dans leur mission. Ce que fait Tariq Ramadan. Pourtant, il est administrateur du Centre islamique de Genève, le QG européen des Frères, et surtout il diffuse la pensée des Frères ! Dans ses cours audio, les fameuses cassettes, il enseigne la pensée et la méthode de Hassan al-Banna comme le modèle à suivre, sans le moindre recul ni esprit critique.

Votre livre montre qu’il est très marqué par son héritage familial, jusque dans son mariage avec « Isabelle la Catholique »…
C’est la seule fois où j’aborde sa vie privée, parce que son mariage est très représentatif des idées qu’il défend et qu’il en a lui-même fait la publicité.
Quand Ramadan est né, ses parents venaient d’ouvrir un Centre islamique à Genève pour islamiser l’Europe. Ils l’ont baptisé « Tariq » du nom du premier conquérant à avoir conquis l’Espagne. En grandissant, Tariq Ramadan s’est jeté à corps perdu dans la dawa (la prédication prosélyte) et il a épousé une catholique nommée Isabelle. Ca ne s’invente pas. L’islam encourage les hommes à épouser des femmes issues d’autres religions car c’est un moyen de faire grandir le nombre des fidèles. Sa femme s’est convertie et a pris le voile pour l’épouser. L’anecdote est révélatrice car Tariq Ramadan est l’un des prédicateurs qui a le plus fait pour multiplier le nombre de voiles en France, au nom d’une lecture fondamentaliste et sexiste du Coran. En réalité le Coran ne recommande pas de porter un voile sur les cheveux mais sur la poitrine, mais beaucoup d’islamistes tiennent à cette coutume patriarcale afin de montrer qu’ils maîtrisent mieux leurs femmes que les occidentaux. Ce qui ne veut pas dire qu’ils ne font pas tout pour leur présenter cette option comme un « choix ». Ramadan sait pertinemment qu’un message oppressif et autoritaire ne passerait pas auprès des jeunes musulmanes françaises. Il préfère jouer la carte de la persuasion. Il vous dira qu’il n’oblige pas les jeunes musulmanes à porter le voile… Tout en oubliant de signaler qu’il présente le voile comme le summum de la pudeur et qu’il répète inlassablement aux jeunes femmes sous son influence qu’une bonne musulmane est une musulmane « pudique ». Ce qu’il appelle du « féminisme islamique ». Encore un concept pensé pour tromper car en réalité, il invite clairement à combattre le féminisme au nom de l’islam.

Dans votre conclusion, vous esquissez les contours du monde rêvé selon Tariq Ramadan : des femmes voilées qui militent contre les droits des femmes, une mixité placée sous haute surveillance, le retour à une économie primaire, des prisons pleines d’homosexuels… C’est un peu exagéré, non ?
Malheureusement non. Ce que j’ai essayé de faire en conclusion, c’est de reconstituer le puzzle qu’il ne veut surtout pas que l’on reconstitue. Il fait très attention à ne jamais dévoiler le modèle de société dont il rêve. Mais on s’en fait une idée en écoutant ses cassettes et en lisant attentivement ses livres. Là, on découvre
qu’il cite l’Iran comme le pays musulman le plus en avance sur le droit des femmes, et qu’il cite le Soudan de Hassan al-Tourabi (l’homme qui a réinstauré la charia) comme un modèle d’alternative économique et culturel ! Ses cassettes sur la culture sont les plus effrayantes. Il proscrit le rap, les boîtes de nuit et les mariages mixtes, car « si une femme de votre famille se marie avec un non-musulman, c’est quelqu’un qui sort de notre communauté ». Il dénonce l’homosexualité comme « une perturbation » contre-nature, justifie la polygamie et les châtiments corporels. Dans Peut-on vivre avec l’Islam ?, son dernier livre, il écrit que ces châtiments sont là pour rappeler « comme un enseignement » que « la fornication et l’adultère sont des choses très graves devant Dieu ».

Mais s’il est si clairement intégriste, comment les médias, dont il est l’un des invités réguliers, peuvent-ils donc se laisser abuser ?
Il a élaboré toute une rhétorique qui lui permet d’être insaisissable sur un plateau télé. Il joue notamment à merveille de l’ambigüité de certains termes. Par exemple, il se présente comme « réformateur », sans ajouter que cette réforme est « salafiste », c’est-à-dire tournée vers le passé et les fondements de l’Islam. En plus, Ramadan est soutenu par un certain nombre de journalistes, comme Alain Gresh au Monde diplomatique ou Xavier Ternisien en charge du dossier « islam » au Monde, ainsi que par certains altermondialistes. Le week-end dernier au Forum social européen, il était annoncé comme intervenant sur pas moins de huit table-rondes ! Au nom de la lutte prioritaire contre l’impérialisme américain et le sionisme, beaucoup de militants se laissent séduire par son discours contre l’impérialisme culturel occidental, ce qu’il appelle l’ « occidentalisation sans âme et sans conscience »… sans voir que chez Ramadan, il ne s’agit pas de seulement de critiquer la mondialisation mais bien de prôner une morale islamique intégriste anti-occidentale. Ils lui offrent à peu de frais une caution laïque et progressiste.

Peut-être sont-ils victimes de son fameux « double-discours » ?
Même trompées par le double-discours, des associations anti-racistes comme la Ligue des Droits de l’Homme, qui ont choisi Ramadan comme leur interlocuteur privilégié au détriment des musulmans laïques, ont fait preuve d’une absence de vigilance coupable. D’autant que si Tariq Ramadan encourage ses fidèles à établir des « sphères de collaboration », comme il dit, avec la gauche laïque, il ne conçoit jamais ses collaborations comme un échange, mais comme une stratégie pour mieux islamiser son environnement.

Vous tirez donc la sonnette d’alarme ?
Je suis aussi inquiète que les intellectuels musulmans laïques. Je pense comme eux que Ramadan est l’un des émissaires les plus dangereux de l’islamisme et qu’il est temps de mettre fin à une certaine naïveté sous peine de devenir soit ses complices soit ses victimes.

Entretien paru dans Elle le 25/10/04

Le Libre Examen aujourd'hui : ni Munich ni la Chasse aux sorcières

Toute restriction des libertés est un problème pour les démocrates. Nous en sommes profondément conscients. Mais nous sommes aussi conscients du fait que la liberté sans conscience peut s'avérer dangereuse pour la démocratie. Coupée de son esprit, brandie comme un slogan, elle peut devenir la pire des tyrannies. En ces temps difficiles où la démocratie est en crise, et avec elle ses valeurs fondatrices, la liberté doit être plus que jamais sauvegardée dans son principe mais aussi dans sa réalité.

La suite ici

En savoir plus ici : 1,  2,