HKB

PDCI: Une débâcle fondatrice?

La sortie de route de Konan Bédié au premier tour de ce scrutin historique suscite la réminiscence de la présidentielle française de 2002, qui vit Jean-Marie Le Pen arrivé au 2nd tour, coiffant Lionel Jospin et l’historique parti socialiste au poteau. Alassane Dramane Ouattara, c’est Le Pen en pire. Le visage hideux du repli identitaire, les mains dégoulinantes de sang en plus.

Egorgeur de liberté et de prospérité, Alassane Dramane Ouattara s’autorise aujourd’hui à se poser comme solution au désastre qu’il a crée. Au lieu de rendre compte de ses crimes devant une cour de justice, il se retrouve au deuxième tour de l’élection présidentielle, usurpant la place de challenger, plus naturellement dévolue à Henri Konan Bédié. Passant par pertes et profits les aspirations de paix, de bien-être et de normalité de tout un peuple, qu’il veut diriger à tout prix mais envers lequel il n’a fait preuve d’aucune magnanimité, il a installé les Ivoiriens dans un quotidien de misère, de viol, de mort, de terreur et de ségrégation.

Commettant sa plus lourde erreur stratégique, Henri Konan Bedié s’est acoquiné avec Alassane Dramane Ouattara au sein du RHDP (Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix), créé le 18 mai 2005 à Paris. C’est précisément en scellant cette alliance contre nature avec l’homme à l’origine du coup d’Etat qui mit brutalement fin à son propre mandat à Noël 1999 qu’il entrainera le PDCI dans sa lente descente aux enfers. En effet, ce faisant, N’Zueba poussera beaucoup d’adhérents du vieux parti historique vers la sortie, qui n’ont pas supporté l’idée de cette accointance scabreuse avec celui qui a ouvertement clamé qu’il mettrait leur pays à feu et à sang s’il n’accédait pas à la magistrature suprême, - et qui a exécuté sa menace sans sourciller, avec toutes les conséquences tragiques que l’on connait.

L’intégralité ici