Le_volta_que_Sanguinaire_Alassane_Dramane_Ouattara_et_son_Chef_rebelle_Kon__Zacharia_3

Alassane Dramane Ouattara et son compatriote burkinabè, le chef rebelle Koné Zacharia, à Bouaké au début de la guerre sur la photo centrale ci-dessus. C’est Alassane Dramane Ouattara, qui aurait donné, lui-même en personne, l’ordre à ses rebelles d’exécuter les 60 gendarmes ivoiriens fait prisonnier à Bouaké. Ce sinistre individu n’est rien d’autre qu’un criminel sanguinaire, voleur, violeur et tueur d’enfants. Il ne faut point sombrer dans cette politique de l’autruche dans laquelle le CNP (Conseil national de la presse) tente d’enfermer les journalistes engagés dans le combat pour la dignité nationale. Il est désormais impératif d’appeler un chien, un chien et un chat, un chat. Au diable donc la langue de bois et le politiquement correct, ou plutôt l’hypocritement correct ! Celui qui tue est un tueur. Celui qui vol est un voleur et celui qui viol est un violeur. Quels mots devraient donc utiliser les journalistes, pour décrire le actes posés par Alassane Dramane Ouattara et ses rebelles sanguinaires ? 

 

Deux journalistes ivoiriens écopent d’un "blâme" du CNP

Abidjan– Le Conseil national de la presse (CNP), organe de régulation, a inffligé un "blâme" à deux journalistes ivoiriens pour "écrits injurieux et diffamatoires".

Touré Mahamadou, journaliste au quotidien "Le Soleil d’Abidjan" et Sanou A. de "Nord-Sud Quotidien" sont sanctionnés au premier degré par le CNP, pour avoir écrit respectivement des articles qualifiant
M. Alassane Ouattara de "criminel" et l’accusant de "viol, de tuerie, de massacre et d’usage de faux", et portant atteinte à la vie privée de l’écrivain camerounais Calixte Béyala, dans termes "injurieux à l’excès", selon deux communiqués parvenus à l’AIP, lundi.

Par ailleurs, suite à des "menaces physiques" sur leurs journalistes et à de "multiples sanctions" dont ils sont l’objet, des quotidiens proches du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP), coalition politique soutenant Alassane Ouattara, ont décidé de "suspendre leurs parutions à compter de ce mardi jusqu’à nouvel ordre", a expliqué à l’AIP le directeur de publication du quotidien "Le Patriote" joint au téléphone.

(AIP)

 

Le_volta_que_Sanguinaire_Alassane_Dramane_Ouattara_et_son_Chef_rebelle_Kon__Zacharia

40903_1491632963074_1001497155_31098069_2574718_n_copie