avocatSublime documentaire, «  L’avocat de la Terreur » de Barbet Schroeder est consacré à la vie d’un homme qui vécut milles vies. Me Jacques Vergès, fils d’un colon français et d’une vietnamienne consacra sa vie à lutter contre le système inique colonial. A la fin du documentaire,  le journaliste lui posa la question suivante : « Est-ce que vous accepteriez de défendre Hitler ? ». Et Me Vergès de répondre : « Oui ! Même George Bush, s’ils plaident coupable.»

Cette réponse, sans ambigüité, n’appelle qu’un commentaire de la part de ceux qui ont saisi la réalité du monde dans lequel nous vivons : Aux yeux de Me Vergès et des nôtres, Bush et tous les néo colonialistes occidentaux ne valent pas mieux qu’Adolf Hitler… Au nom de quoi leurs montagnes de cadavres amoncelées sur tous les continents, résultantes de leurs crimes contre l’humanité seraient moins dramatiques et moins barbares que celles d’Hitler ?

Un crime reste un crime, qu’il soit commis au nom d’un pseudo devoir de civiliser, d’un pseudo droit d’ingérence humanitaire ou démocratique, ou d’intérêts stratégiques, car le führer agissait aussi pour des raisons semblables. Il avait eu la grande ambition de coloniser l’Europe elle –même, plutôt que de s’attaquer lâchement à des peuples militairement faibles. La campagne coloniale- de 1939 à 1945- d’Adolf Hitler en Europe fut sans nul doute moins barbare et moins sauvage que celle perpétrée contre le continent africain, qui eut à subir toutes sortes d’agressions militaires  sauvages  pendant cinq siècles sans discontinuer, et qui continu à être sauvagement agressé par le terrorisme occidental jusqu’à aujourd’hui comme le témoignent les cas de la Libye et de la Côte d’ivoire. Le führer du troisième Reich était un homme juste et équitable dans sa pratique du mal. Il ne réservait pas les méthodes coloniales européennes uniquement aux autres races. La race blanche européenne put elle aussi, par elle-même, grâce à Adolf Hitler, faire l’expérience des « bienfaits de la colonisation ».