Gbagbo, politicien naïf serait-il en sus un piètre historien ?  Ses propos, ci-dessous issus d’une interview accordée à Ivoire Dimanche du 07 octobre 1979 pourraient le laisser penser. C’est l’assemblée nationale française qui, par 569 voix contre 80 et 17 absentions donna au maréchal Pétain "tous pouvoirs à l'effet de promulguer une nouvelle constitution de l'état français". Le maréchal Pétain est donc arrivé le plus légalement du monde à la tête de l’état français par le vote, à plus de 80%, des représentants du peuple français. On peut donc affirmer que ce choix fut celui de la majorité des français. La lecture de ces évènements par Gbagbo s’est faite sous le prisme d’une déformation de l’histoire dont l’objectif n’est rien d’autre que de masquer aux générations futures cette lâcheté d’un peuple qui, contrairement aux anglais choisi la voie de la capitulation et de la soumission. C’est pourtant cette voie collaborationniste pétainiste que choisira Gbagbo dans le règlement de la crise ivoirienne, plutôt que « d’appeler le peuple -à l’image d’Abraham Lincoln et de Winston Churchill- à se mobiliser pour lutter à outrance contre l’envahisseur et libérer le pays ». Les mêmes causes produisant les mêmes effets, Gbagbo endosse aujourd’hui, comme le maréchal Pétain, une honteuse défaite pour avoir refusé d’appeler le peuple à la libération totale de la mère-patrie agressée, blessée, piétinée et bafouée dans sa dignité. Nous nous demandons en outre comment pouvait-il avoir de l’admiration pour ce colonialiste raciste et père de la « bâtarde » Françafrique, dont l’âme damnée fut le sinistre Jacques Foccart ? Bon sang, nous faillîmes nous étrangler à la lecture de cette épouvantable méprise, venant d’un éminent historien pour qui nous avions jadis de l’admiration.

Ivoire Dimanche : A partir de ce qui vient d’être dit, que pensez-vous du général de Gaulle ? Un génie politique ou un habile tacticien ?

Gbagbo Laurent : Je crois qu’il faut situer le Général de Gaule dans le contexte qui est le sien et le juger à deux niveaux. D’abord, le général de Gaulle, homme d’Etat français. En 1940, le Général de Gaulle était membre du gouvernement dirigé par Reynaud. Quand les armées françaises furent battues par l’Allemagne, deux solutions s’offraient à la France.

-1) Appeler le peuple à se mobiliser pour lutter à outrance contre l’envahisseur et libérer le pays.

–2) Capituler et reconnaître la défaite. Croiser les bras en attendant des jours meilleurs1.

Le groupe de Pétain a choisi cette deuxième solution: armistice. Le Général de Gaulle a opté pour la résistance. C’est ainsi qu’il a quitté la France pour s’exiler en Angleterre. Pour cette raison, le Général de Gaulle est un très grand patriote français pour qui je n’ai qu’admiration.

1-C’est ce que fit Gbagbo en affirmant qu’il n’avait pas gagné la guerre et que « le temps est le deuxième nom de Dieu ». Il attendait, les bras croisés, que la vérité triomphe et que les choses s’arrangent avec le temps, pendant que les néocolons et leurs auxiliaires échafaudaient leur plan macabre de reconquête coloniale.