Bundesarchiv_Bild_101I_808_1238_05__Berlin__Reichstagssitzung__Rede_Adolf_Hitler

L’Europe ? Un continent de voleurs, violeurs, assassins ! Hitler n’a rien inventé, il n’a fait que reprendre et perfectionner les théories nauséabondes et les méthodes criminelles européennes. L’esclavage, la colonisation, le travail forcé et les destructions de peuples entiers et de civilisations ne sont pas des inventions hitlérienne, mais sont bien européenne comme le démontre notre regretté Aimé Césaire dans son magistral et mémorable « Discours sur le colonialisme1 ». Alban Dignat, quant à lui, dans le texte ci-dessous nous éclaire quelque peu sur l’origine de la haine des juifs, bien ancrée dans les mœurs européennes plusieurs siècles avant l’apparition du nazisme qui endosse seul aujourd’hui toutes les persécutions faites aux juifs.

 

On relève des manifestations d’hostilité au judaïsme chez les auteurs païens, adeptes des religions traditionnelles de Rome et de la Grèce, dès avant l’apparition du christianisme. Celui-ci n’a donc pas inventé l’antijudaïsme mais l’a renouvelé.

 Au moyen-âge, l’église qualifie les juifs de « peuple déicide » et leur reproche d’avoir mis Jésus en croix mais elle ne manifeste aucun désir de les éliminer.  Bien au contraire, elle à le souci de les préserver comme un témoignage vivant de l’injustice faite au christ. Les juifs sont ainsi les seuls non-chrétiens tolérés en occident.

 En 1242, un juif converti, Nicolas Donin, assure au pape que le « Talmud », livre sacré des juifs, contient des injures contre le christ. Une controverse à lieu à Paris entre rabbins et prêtres, à la suite de quoi le roi Louis IX (futur Saint Louis) décide faire bruler tous les manuscrits hébreux de Paris en place publique. Le total représente 24 charrettes.

 Dans le même temps, en 1269, le petit-fils de Philippe Auguste impose aux juifs de porter sur la poitrine une « rouelle », c'est-à-dire un rond d’étoffe rouge, pour les distinguer du reste de la population et prévenir les unions mixtes. Saint Louis applique ce faisant une recommandation du concile de Latran (1215) qui avait demandé de marquer les juifs à l’image de ce qui se pratiquait déjà dans le monde musulman, tout en interdisant qu’il leur soit fait du mal.

 En 1254, le roi bannit les juifs de France mais comme souvent au moyen-âge, la mesure est rapportée quelques années plus tard en échange d’un versement d’argent au trésor royal. Les juifs sont réexpulsés de France par Philippe IV le Bel le 22 juillet 1306, rappelés par son fils Louis X le Hutin, puis à nouveau expulsés en 1394.

 En Allemagne, suite à une recommandation du concile de vienne (1267), les juifs sont désignés par un chapeau plat surmontés d’une tige avec une boule, le « Judenhut ».

 En Angleterre, suite à une campagne de calomnies, 18 juifs de la ville de Lincoln sont pendus le 1er juillet 1290, puis poussé par l’opinion publique, le roi Edouard 1er donne trois mois aux juifs de son royaume pour partir. 16 000 personnes traversent la manche et il s’écoulera quatre siècles avant que les juifs ne reviennent en Angleterre.

 En Espagne, les juifs commencent en 1391 à être victimes de violences meurtrières. Ceux de Castille et d’Aragon, environ 200 000, sont définitivement bannis en 1492, quelques semaines après que les rois catholiques eurent chassés le dernier roi musulman de la péninsule.

 Les communautés juives d’Europe se retrouvent peu à peu enfermées dans des ghettos d’où les habitants ne peuvent sortir la nuit. Dans le monde musulman, de l’autre coté de la méditerranée, les juifs se retrouvent enfermés de la même façon dans des quartiers réservés appelés « Mellahs ».

Beaucoup  de rescapés des massacres et des expulsions d’Espagne, de France ou d’Angleterre s’enfuient en Pologne où le roi Casimir III Jagellon leur accorde en 1334 le « Privilegium », ce qui va contribuer à l’extraordinaire rayonnement intellectuel et artistique du pays aux XIVe et XVe siècles. D’autres juifs se refugient dans… les états du pape : dans le comtat Venaissin, à Carpentras ou Avignon, ainsi qu’à Rome, où ils sont assurés de vivre en sécurité.

  Alban Dignat

 1-Extraits du « Discours sur le Colonialisme » d’Aimé Césaire à téléchargerici