1514210_3_ebda_henri_konan_bedie_le_22_octobre_1995

Il est tout à fait hallucinant qu’Henri Konan Bédié, cet ivrogne et voleur notoire, complice du burkinabé génocidaire et sanguinaire Alassane Dramane Ouattara, ose parler du sort du président Gbagbo à la CPI. Cela revient comme le dit le Christ à « Voir la paille dans l’œil de son frère et non la poutre qu’on a dans les yeux1 ». Notre seigneur Jésus-Christ nous enseigne d’ôter d’abord la poutre qui est dans notre œil, afin de mieux voir comment ôter la paille qui est dans celui de notre frère ! ». Si l’on se réfère à la parole du christ, et strictement à celle-ci, ce sont donc Henri Konan Bédié, Alassane Dramane Ouattara et leurs acolytes, sarkozi de nagi-bosca et Hussein Obama qui devraient se retrouver en premier lieu à la CPI pour y répondre de leurs crimes, avant de parler de ceux du président Gbagbo.

« Le sort de Laurent Gbagbo dépendra des instances de justice. Car, ses détournements économiques, les atrocités dont il est auteur, les crimes de sang sont nombreux. Et des plaintes ayant été déposées, il est inculpé pour ce qui concerne des crimes économiques. Pour le reste, la Cour pénale internationale est en train d’effectuer les investigations. Par conséquent, Laurent Gbagbo n’échappera pas à la justice. Mais pour qu’il y ait un jugement équitable, nous préférons qu’il soit jugé à la Cour pénale internationale ou au tribunal pénal international »

Henri Konan Bédié

1-Matthieu 7 ; 3-5