hugo_chavez_frias_venezuela

Extrait du discours massue du président vénézuélien Hugo Chávez devant l’assemblée générale des nations-unis le 21 septembre 2011, retranscrit dans l’article poignant de Fidel Castro Ruz.

« Nous ne voulons pas la paix des cimetières, comme disait Kant ironiquement, mais une paix fondée sur le respect le plus jaloux du droit international. Or, l’ONU, tout au long de son histoire, loin de consentir et de multiplier des efforts pour assurer la paix entre les nations, a fini, hélas, par avaliser, tantôt par action, tantôt par omission, les injustices les plus impitoyables.

Depuis  1945, les guerres n’ont fait qu’augmenter et se multiplier inexorablement.

Je veux lancer un appel à la réflexion aux gouvernements du monde : depuis le 11 septembre 2001, une nouvelle guerre impérialiste sans précédents historiques a commencé, une guerre permanente, perpétuelle.

Nous devons regarder sans ciller la réalité terrifiante du monde où nous vivons […] Pourquoi les États-Unis sont-ils le seul pays à semer des bases militaires sur la planète ? De quoi ont-ils peur pour se doter d’un budget si faramineux qui ne vise qu’à accroître toujours plus leur puissance militaire ? Pourquoi ont-ils déclenché tant de guerres, violant la souveraineté d’autres nations qui ont les mêmes droits qu’eux de régir leurs destinées ? Comment le droit international peut-il primer contre leur volonté insensée d’asservir militairement le monde afin de garantir les sources d’énergie qui leur permettront de perpétuer leur modèle prédateur de surconsommation ? Pourquoi l’ONU ne fait-elle rien pour freiner Washington ? […] l’Empire s’est arrogé le rôle de juge du monde alors que personne ne lui a octroyé cette responsabilité […] la guerre impérialiste nous menace donc tous. »

Hugo Chávez

L’intégralité ici