Drapeau_URSS

La question que personne ne se pose est de savoir pourquoi les alliés historiques du colonel Kadhafi l’ont ils lâché ? Pendant près de 42 ans, les étasuniens échafaudèrent une multitude de plans pour le renverser, en vain. Kadhafi nargua ainsi pendant des décennies les occidentaux, appuyé sur les géants soviétique et chinois. Depuis la chute du mur de Berlin et l’effondrement de l’URSS, les nouvelles autorités Russes se sont mises à lâcher certains de leurs alliés. Saddam Hussein en fit les frais. Puis aujourd’hui Kadhafi. Il n’y a plus d’équilibre de la terreur, les étatsuniens et leurs acolytes européens peuvent aujourd’hui terroriser n’importe quel peuple de la terre sans que celui-ci ne reçoive le moindre soutient. La dictature des terroristes Etatsuniens est donc totale depuis l’effondrement de l’ex URSS. Le peuple vietnamien est un peuple valeureux et il l’a prouvé mais, sans le soutient de la Chine et de l’ex URSS, jamais il n’aurait pu infliger cette défaite militaire humiliante aux Etats-Unis d’Amérique pendant la guerre du Viêt-Nam. Jamais l’Angola n’aurait résisté sans l’aide militaire soviétique et cubaine.

1488171_3_4cc4_vladimir_poutine_et_le_colonel_kadhafi_aLes dirigeants russes actuels ne pensent qu’à s’enrichir et à jouir du luxe que leur permet leur nouvelle fortune. Ils n’ont aucune idéologie ni aucune force morale. Ils ont laissé les occidentaux aller jusqu'à s’accaparer de certaines anciennes républiques socialistes soviétiques. Ils n’ont que la jouissance des biens matériels en tête. On peut en conclure que la grandeur et la force de l’ex U.R.S.S (Union des républiques socialistes soviétiques) se sont envolées avec l’embourgeoisement de la nomenklatura soviétique. Poutine, pourtant ancien agent du KGB, qui affichait une colère hypocrite face aux bombardements de l’Otan en Libye, n’est pas le digne héritier des Khrounitchev, des Brejnev… Il manque manifestement de couilles.

 Les chinois, plus préoccupé par leurs succès dans la guerre économique ne semblent pas prêts à jouer le rôle de l’ex URSS pendant la guerre froide. Ils ont lâché sans ciller Gbagbo et Kadhafi qu’ils avaient pourtant assuré de leur total soutient. Seul le Pakistan put bénéficier de leur soutient sans faille, qui valût d’ailleurs une sévère mise en garde envers les Etats-Unis qui s’apprêtait à agresser militairement ce pays. La Chine fit savoir clairement et directement à Barack Obama que « toutes attaques contre le Pakistan seraient considérées comme une attaque de la Chine ». A des années lumières du langage diplomatique, cette mise en garde du géant chinois fit honteusement reculer le « loup » étatsunien qui s’apprêtait à faire une nouvelle victime dans le «  poulailler mondial ».

Les règlements à l’amiable, au conseil de sécurité des nations-unis, des différents entre les grandes puissances trouveront tôt ou tard leurs limites, comme dans le cas irakiens où George Bush et sa coalition d’assassins européens, outrepassant les vetos russes et chinois agressèrent sauvagement et détruisirent cette nation, tuant au passage des centaines de milliers d’innocents. Ces agressions militaires sauvages des Etats-Unis et de leurs alliés européens, dans le seul but de s’emparer des ressources de la planète qui échappent encore à leur contrôle même en piétinant, comme dans les cas de l’Irak et de la Libye, les intérêts Russes et chinois conduiront lentement mais surement le monde vers une troisième guerre mondiale.

C’est au tour du capitalisme aujourd’hui, après avoir crié sa victoire à la suite de l’effondrement du bloc soviétique et la faillite du communisme, de sombrer avec les crises économiques qui  se succèdent les unes aux autres ,poussant les états occidentaux à pratiquer une forme de communisme qui ne dit pas son nom, en intervenant massivement pour sauver des entreprises privées , foulant ainsi au pied les règles du libéralisme économique. Nous sommes ainsi tentés de penser que  le capitalisme poussé à son extrême engendre une espèce de  socialisme d’état. Les occidentaux et leur système capitaliste après avoir gagné la guerre froide sont en passe d’être vaincus économiquement par – étrange ironie- des pays à obédience socialistes et communistes. Pour toute réponse face à cet échec cuisant de leur système capitaliste, les occidentaux apportent une solution militaire et risquent de faire passer le monde après « la guerre froide » dans une «  guerre très chaude ».

Pendant des décennies, les occidentaux ont affirmé que la condition sine qua none du développement économique passait par la démocratie. Les chinois ont prouvé le contraire. Ils ont clamé à tout va, après la chute du mur de Berlin, que le système capitaliste restait le seul système viable générateur de développement et de prospérité. L’on se rend aujourd’hui compte que tout cela reposait en fait sur une vaste escroquerie. Le capitalisme dans sa forme actuelle n’engendre que la misère et l’injustice. Ce système repose sur une vaste escroquerie : Ses bases fondamentales reposant sur l’exploitation des masses populaires, les agressions militaires, les massacres et le pillage des ressources des nations les plus faibles militairement. Il ne faut pas se leurrer, la révolution industrielle du 19 em siècle ne fut possible que grâce au commerce triangulaire. Le capitalisme est un système dont l’essence fondamentale repose sur l’injustice, les plus forts exploitant et pillant les plus faibles.

La solution de l’occident face à la montée en puissance de la Chine et des brics s’est illustrée en Irak, en Côte d’Ivoire et en Libye. Le credo des occidentaux, basé sur des agressions militaires sauvages, vise à priver la Chine des ressources énergétiques et des matières premières nécessaires au renforcement de sa suprématie économique, qui n’est plus loin d’être mondiale. Les asiatiques ne sont pas dupe, ils ont déjà tracé une ligne. Et dès son franchissement par l’occident, ce sera la déflagration mondiale. La Libye et la Côte d’ivoire -portes d’entrée sur les immenses réserves pétrolières du Maghreb et du golf de guinée- se trouvent, à n’en point douter, en amont  de cette ligne rouge. La Chine et la Russie n’ont donc pas intérêt à lâcher la Syrie en proie aux manigances des terroristes occidentaux qui tentent de faire main basse sur l’ensemble des ressources énergétiques du Moyen-Orient.