Almamy_Samory_Touré-2

L’ONG du juif ashkénaze, George Soros, grand profiteur devant l’éternel de la misère du monde, a saluée la déportation de Gbagbo à la CPI comme étant un signal fort donné aux dirigeants du continent noir. En effet, le message est plus que clair :

Soit ils se plient à la volonté des terroristes occidentaux, soit ils finissent comme le roi Béhanzin, l’Almamy Samory Touré en leur temps, ou comme Laurent Gbagbo et Kadhafi aujourd’hui.

Chose étrange, aucun signal fort n’a été adressé jusqu’à présent aux criminels de Washington, Paris et Londres, malgré les appels incessants d’Amnesty International pour l’arrestation de George W. Bush, pour ses crimes de guerre perpétrés en Irak. C’est à croire que les criminels occidentaux jouissent dans ce bas monde d’une totale impunité, et bénéficient d’un « permis de tuer » délivré par on ne sait qui.

George W. Bush, Barack Obama, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy, Tony Blair et David Cameron sont tous des criminels de guerre, qui méritent mille fois plus que Gbagbo de finir leurs jours dans les cachots de la CPI. Le seul crime de Gbagbo, si l’on peut appeler cela un crime, est d’avoir défendu sa patrie agressée par une coalition de barbares sanguinaires composées des néocolonialistes français, des impérialistes américains et de leurs esclaves de la CEDEAO. Chose hallucinante, Gbagbo a été condamné par l’ONU en 2004, pour avoir simplement rempli son devoir de chef d’état en tentant de libérer son pays des barbares sanguinaires. Pis, en 2011, l’ONU, l’instrument des impérialistes lui a lié les mains en détruisant les armes de l’armée nationale pour faciliter la tâche à ses agresseurs venus du Burkina et du Mali.

L’unique crime de Gbagbo à nos yeux est de ne pas avoir rejoint les rangs des Mahmoud Ahmadinejad, Hugo Chávez, Evo  Moralès, Fidel Castro, Robert Mugabe et d’avoir tenté une inutile et dangereuse conciliation avec ces enfants du diable.

Depuis l’invasion de l’Afrique par les terroristes occidentaux, tous les dirigeants africains qui ont osé défendre leurs terres et leurs richesses ont été soit tués, soit déportés. Défendre sa terre et son peuple est considéré comme un crime par les occidentaux, passible de la déportation ou de la peine de mort. Le « signal fort » est plus que très clair :

Quand l’Europe vol vos richesses et massacre votre peuple, ne réagissez surtout pas, laisser les faire, sinon ils vous taxeront de dictateur sanguinaire à tuer, ou dans le meilleur des cas de client pour les sinistres cachots de la CPI. On n’arrête de le dire et de le répéter : Hitler n’a rien inventée !