00131794_e00edd888fed9415f25c0ca8267445ee_arc360x200_w360_us1

Les maliens alliés aux burkinabés qui ont dévasté et pillé la Côte d’Ivoire en massacrant au passage des milliers d’ivoiriens, sont aujourd’hui confrontés à une rébellion touareg puissamment armée. Il faut un « Marcoussis » pour ramener la paix dans ce pays « frère ». Toutes les revendications des rebelles doivent être prises en compte. Pour la paix, le poste de premier ministre doit être attribué aux rebelles...

Après le discours d'ATT : Le Mali en colère

FRIDAY, 03 FEBRUARY 2012 13:27

Des femmes et des enfants de militaires ont pris hier jeudi d'assaut le palais de Koulouba pour exprimer leur colère contre la mauvaise gestion de la crise au nord. Au même moment ; dans plusieurs villes du pays, des manifestations similaires étaient organisées spontanément. Hier jeudi 2 février 2012, le Mali était en colère.

Dix les manifestantes hier à Koulouba ont été reçues par le président de la République ATT, qui a répondu à leurs questions. Le président doit échanger avec les manifestants ce matin. Cet entretien sera diffusé en direct sur les antennes de l'OTRM.

Au paravent, des élèves et des manifestants venus du camp de Kati et des garnisons de Bamako à pied ont marché sur le Palais. Ils ont barricadé les principales artères débouchant sur le palais en enflammant des pneus. Les manifestants ont brûlé une station d'essence, une alimentation. Ils ont aussi cassé des panneaux de signalisation et agressé des policiers du commissariat de police de Koulouba avant de prendre d'assaut le palais de Koulouba.

Devant le grand portail du palais, les manifestants exprimaient leur colère en lançant de propos désobligeants contre le président de la République devant des éléments des forces de l'ordre médusés. Mais lorsqu'ils ont brûlé un pneu et jeté des cailloux au portail du palais, des policiers et des gendarmes ont fait usage de gaz lacrymogènes et de matraques. Plusieurs personnes ont été blessées. En représailles aux matraques et aux gaz, des femmes se sont déshabillées pour maudire.

Instantanément, ATT a accepté de recevoir 10 personnes (femmes et jeunes). « Au cours de la rencontre, nous avons demandé à ATT de nous dire la vérité sur les conditions de nos soldats au nord. On lui a demandé s'il soutient les rebelles. Il nous a dit qu'il ne peut soutenir des rebelles contre son propre pays. ATT nous a priés de garder le sang froid. Il nous a dit que demain (ce vendredi) à 10h nous allons échanger sur toutes nos préoccupations en directe sur les antennes de la télévision nationale », a expliqué Marie Togo, une manifestante.

Sékou Keita, le représentant des jeunes a ajouté que « ATT a informé que même aujourd'hui (jeudi) de nouveaux équipements ont été envoyés aux hommes sur le terrain. Il nous a dit qu'ils ont acheté des nouveaux armements pour l'armée aujourd'hui (jeudi). Il va échanger en direct sur les antennes de l'ORTM avec nous (4 femmes de Kati, 4 femmes de Koulouba, 4 représentants des jeunes) ».

Outre le palais de Koulouba, des femmes et des enfants de militaires ont manifesté Kati dans plusieurs quartiers de Bamako ainsi qu'à l'intérieur du pays. Des pneus ont enflammé des pneus sur des routes, brûlé des marchés.

SidikiDoumbia

Source : bamanet.net