logo_final_final

Un article écrit par un véritable burkinabé (un homme intègre) digne de feu Thomas Sankara, ce digne fils de l’Afrique assassiné par ce démon issu du fond des ténèbres, le sanguinaire Blaise Compaoré.

10 mars 2012 -SAN FINNA –

Alassane Ouattara est bel et bien à la peine pour ce qui est de mettre en place une armée digne de ce nom en Côte d’ivoire. Pourquoi l’homme n’y arrive t-il- pas?? Pourquoiles accusations concernant moult bavures mettant en cause les soldats de l’armée de Côte d’ivoire sont-elles, chaque jour, étalées à la rubrique « faits divers » des médias ??

La réponse est bien simple, inutile de se lancer dans des analyses abracadabrantesques, il suffit d’un  peu de bon sens : Ces soldats habitués à la rapine, au vol, à l’extorsion et autres actes répréhensibles par la loi n’ont jamais appris à respecter le drapeau. Ils n’ont aucune conscience du patriotisme, du sacrifice pour la nation et toutes ces choses que tout soldat qui se respecte devrait avoir ancré au fond de lui-même.

Ces soldats n’ont aucune valeur, aucune conscience,  et on ne peut leur en vouloir. Depuis 2002, que ne leur a-t-on pas demandé, pour enfin venir à bout du régime du président Laurent Gbagbo !!

Il leur a été accordé tous les droits : taxer les populations, piller, braquer les banques du pays, violer, massacrer …

Et aujourd’hui, on voudrait qu’il se met au garde à vous et chantent, la main sur le cœur, l’hymne national ??Ces soldats n’ont d’autre modèle que celui d’un Alassane Ouattara arrivé à la présidence les mains tachées de sang, sans parler de celui d’un premier ministre dans le collimateur de la CPI.

Dans ces conditions, il faudrait bien plus qu’un simple petit tour de passe passe pour rééduquer tout ce monde, et enfin parvenir à donner aux populations le minimum qu’elles soient en droit d’attendre : la sécurité !!!

L’ONG HumanRights Watch reconnait enfin le problème, elle qui, pendant plusieurs mois, n’a cessé de vouloir incriminer les forces du président Laurent Gbagbo. Rien d’étonnant à cela, quand on sait que cette organisation, des plus partisanes, est financée par le milliardaire Georges Soros, grand mécène d’Alassane Ouattara.

Pourtant, devant les preuves irréfutables qui ne cessent de s’accumuler, confirmant ainsi une gangstérisassions  des ex-rebelles des Forces nouvelles (FN) de Guillaume Soro, cette dernière vient de publier un rapport qui ne laisse guère plus la place au doute, le 05 mars dernier. C’est une charge des plus accablantes à l’endroit  des FRCI, ces mêmes rebelles qui ont soutenu Alassane Ouattara pendant la crise postélectorale.

Inutile de souligner que l’association omet de mentionner que ces rebelles œuvraient déjà pour l’actuel homme fort de Côte d’ivoire et ce, bien des années avant cette fraude électorale historique. Faut pas trop leur en demander, non plus !!

Dans le rapport en question, il est fait mention du cauchemar terrible que vivent les habitants de Bouaké et des localités du centre du pays, bastions naguère contrôlés par la rébellion des hommes forts d’aujourd’hui…La population exige la démobilisation avec effet immédiat de ces ex-combattants, assimilés des Forces armées des Forces nouvelles (FAFN).

Quoiqu’il en soit, les habitants vivent la peur au ventre. Selon ces derniers, les actes de grand banditisme prennent un peu plus d’ampleur chaque jour. Les assassinats deviennent monnaie courante et ce, même en plein jour. Au total, ce sont entre 20 à 30 personnes qui y auraient été ainsi froidement abattues depuis le début de l’année.

Depuis quelques mois, des gangs, revêtant tous des treillis militaires et armés de kalachnikovs, opèrent encoupeurs de routes. Il suffit d’un objet en plein milieu de la voie pour stopper le ou les véhicules et, bien entendu, procéder au détroussage en règle d’honnêtes citoyens, d’honnêtes commerçants. Et gare à ceux qui tenteraient de discuter : la vie ne pèse pas bien lourd, dans ces contrées ou le mot  » justice  » ne veut absolument plus rien dire. En Côte d’ivoire, l’impunité pour ces bandits de grands chemins est totale. Selon un témoin, relève HRW, «  les criminels ne se donnent même plus la peine de cacher leur visage, assurés qu’ils sont de jouir d’une impunité claire et nette ».

Et dire que lors de son passage tant médiatisé à Paris, Alassane Ouattara avait affirmé aux investisseurs Français: « revenez, le pays est sûr  » !!!

No comment …

Ecrit par Yann-Yéc’han – SAN FINNA