30110

 L'imposture de Washington sur les "droits de l'Homme"

 par Bill Van Auken

 

 (…) Fatiguée des attaques sans fin sur les « droits de l'Homme » de la part de Washington. La Chine a entrepris de publier sa propre critique des États-Unis sur la question des droits de l'Homme, pointant sa population carcérale de 2,3 millions, le plus haut taux d'incarcération au monde, les bavures policières quotidiennes, et le déni des droits sociaux et économiques fondamentaux sur le chômage, le logement et la santé à des millions d'Américains.

« Les États-Unis ignorent leurs propres problèmes de droits de l'Homme, mais prônent très volontiers la prétendue "diplomatie des droits de l'Homme" pour se servir des droits de l'Homme comme d'un instrument politique afin de porter atteinte à l'image des autres nations et de poursuivre leurs propres intérêts stratégiques, » déclare le dernier rapport publié par Pékin. « Ces faits révèlent complètement leur hypocrisie dans l'application du deux poids deux mesures en matière de droits de l'Homme et leurs intentions malveillantes pour atteindre l'hégémonie sous le prétexte de défendre les droits de l'Homme. »

L'usage indécent des « droits de l'Homme » pour dissimuler les intérêts impérialistes prédateurs des États-Unis ne rappelle rien de moins que les affirmations entendues dans les années 1930 de la part d'Adolf Hitler, lequel prétendait agir pour empêcher des exactions contre des populations germaniques, ou de la part de Mussolini qui prétendait mener une guerre contre un « régime sauvage » en Éthiopie.

De nos jours comme à cette époque, l'invocation hypocrite et cynique des droits de l'Homme ne vise pas à mettre en avant les droits et intérêts authentiques des travailleurs de Syrie, d'Iran et d'ailleurs sur la planète, mais à préparer les nouvelles guerres qui menacent la vie et le bien-être de millions de gens.

L’intégralité ici