images« Protéger l’accès aux hydrocarbures et autres ressources stratégiques que l’Afrique possède en abondance, ce qui signifie d’une part protéger ces richesses naturelles [par la force] fragiles et d’autre part s’assurer[par la force] qu’aucune autre nation telle que la Chine, l’Inde, le Japon ou la Russie n’obtienne de monopole ou de traitement de faveur. » Cette phrase, sans ambiguïtés de J. Peter Pham conseiller au Département d’Etat des États-Unis d’Amérique, met en lumière le danger qui plane sur l’Afrique et sur les populations africaines. Plus de huit millions d’hommes, de femmes et d’enfants ont été massacrés par des criminels sanguinaires, armés par la CIA et agissant au nom du gouvernement étatsunien en Afrique centrale, ces quinze dernières années pour en contrôler les richesses.

Mouammar Al Kadhafi et les milliers d’hommes, de femmes et d’enfants massacrés par les bombes de l’Otan (Organisation terroriste de l’atlantique nord) et par les criminels sanguinaires de Benghazi armés par les terroristes occidentaux en Libye, en sont l’une des récentes illustrations. Il est en outre sûr et certain que si la Russie, l’Inde et la Chine ne disposaient pas de l’arme nucléaire, ils seraient à l’heure actuelle sous le feu des bombardements des terroristes de l’Otan. Ces derniers, conscient du danger évitent toutes confrontations directes avec les Brics (Brésil, Russie, Inde et Chine) et tentent de contourner le problème en s’attaquant directement, sous de fallacieux prétextes, aux pays riches en ressources, mais militairement faibles qui commercent avec ces derniers.

Dans le même ordre d’idée, cette phrase d’Henri Kissinger éclaire nettement sur l’un des points essentiels de cette stratégie qui fait passer Adolf Hitler pour un amateur : « La dépopulation du tiers-monde devrait être la priorité essentielle de la politique étrangère étasunienne». En clair, massacrer les africains et les habitants du tiers monde pour leur voler leur richesses est une priorité nationale majeure des États-Unis d’Amérique. Cette « solution finale »  mise en œuvre par les terroristes occidentaux a fait plus de victimes que la shoah pendant la deuxième guerre mondiale.

« La mort résout tous les problèmes ! Pas d’hommes pas de problèmes ! » Disait Staline. Cela a été mis en œuvre en Afrique centrale par les dirigeants successifs des États-Unis d’Amérique, de George H. Bush à Barack Obama. Des millions de vies humaines ont été détruites pour servir les intérêts des Etats-Terroristes d’Amérique.

Les africains sont-ils un seul instant conscient du danger qui plane sur leur tête ? Nous en doutons, sérieusement, quand on voit le niveau de lâcheté et de stupidité des classes dirigeantes africaines.