massacres7_Du_kou_

Selon le procureur de la cour pénale internationale, ce serait le camp du président Gbagbo qui aurait commis les crimes les plus graves pendant la crise postélectorale ou le putsch électoral, c’est selon. Si l’on suit la logique de ce sinistre individu, le génocide de Duékoué serait un crime banal. Si le crime de génocide n’est pas un crime très grave pour Ocampo, cela voudrait tout simplement dire pour cet esprit tordu que la Shoa, qui est avant tout un génocide, n’est pas un crime grave. Combien de liasses de dollars Ocampo a-t-il reçu du Burkinabé génocidaire Alassane Dramane Ouattara, pour pondre une telle déclaration dans la presse qui met ainsi à nu son parti pris flagrant ?

Le crime de génocide consiste à détruire, ou à tenter de détruire un groupe national, racial, ethnique ou religieux selon la définition adoptée à l’unanimité par l’assemblée générale des nations-unis le  9 décembre 1948. A Duékoué, des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants ont été massacrés sur la base de leur appartenance à un groupe ethnique. Des scènes à la Rwandaise ont été ainsi observées aux barrages tenus par forces pro Ouattara, composées de rebelles rebaptisés FRCI. A ces barrages, comme au Rwanda, les populations étaient triées selon leur appartenance ethnique. Tous les wê qui y étaient pris se faisaient systématiquement exécuter sur place sans autres forme de procès.  Sur toute l’étendue du territoire national, des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants ont ainsi été massacrés, soit pour leur appartenance à un groupe ethnique, soit pour leur appartenance à un groupe politique. Il fallut l’intervention vigoureuse des organisations internationales des droits de l’homme -dont Amnesty international par la bouche de Salvatore Saguès, qui enjoignit Ouattara de cesser immédiatement ses crimes- pour freiner quelque peu l’élan génocidaire des Frci, ex Fafn et ex Mpci. Au déclenchement de la guerre en septembre 2002, nous savions déjà que nous vivions dans un monde pourri, mais ce que nous  ignorions était que ce monde était encore plus pourri que nous l’imaginions.