alain_dogou2

«J’ai représenté le candidat Laurent Gbagbo le jeudi 11 novembre 2010, au siège de l’ONUCI à l’hôtel Sebroko, à une réunion présidée par Young-ji Choi, représentant de son compatriote sud-coréen Ban Ki-Moon, Secrétaire général des Nations unies. La réunion avait pour ordre du jour : la certification du premier tour de l’élection présidentielle tenu le 31 octobre 2010.

(…) Certains candidats et des représentants de candidats ont posé plusieurs questions à Choi et à son équipe notamment sur des irrégularités qu’ils avaient constatées et qui selon eux, avaient entaché la sincérité du scrutin du 31 octobre 2010. Ces questions avaient singulièrement porté sur : l’inégalité des temps d’antenne à la télévision ivoirienne, les empêchements de vote dans certaines localités, l’absence de stickers sur certains bulletins de vote, l’absence de soldats du Centre de commandement intégré (CCI) dans certains lieux de vote, les votes frauduleux des Forces de défense et de sécurité (Fds) et des éléments des Forces nouvelles, les votes multiples etc.

En réponse aux préoccupations évoquées, Choi et ses collaborateurs ont indiqué que ces questions devraient plutôt être adressées à la Cei, au Conseil national de la communication audiovisuelle (Cnca) et au Conseil constitutionnel qui étaient responsables, à divers niveaux, de l’organisation de la campagne, du scrutin et de la proclamation des résultats provisoires et définitifs.

Des candidats et des représentants des candidats ont repris la parole pour signifier vertement au diplomate onusien et à ses collaborateurs qu’ils ne comprenaient rien de la mission de certification parce qu’ils estimaient que les irrégularités étaient flagrantes et par conséquent avaient négativement influencé la proclamation des résultats (…) du premier tour du 31 octobre 2010.

En réplique et sur un ton de colère à peine contenu, Young ji Choi s’est voulu clair : «Le rôle de la certification est d’apprécier toutes les étapes et d’apporter un jugement au regard des critères et non de se substituer aux institutions ivoiriennes en charge de la conduite du processus électoral. Je n’ai pas le mandat que vous me demandez et je vais certifier le premier tour parce que toutes les procédures prescrites dans les textes ont été respectées.» (…)

Alain Dogou, ministre de la Défense du gouvernement Aké N’Gbo

Source : lenouveaucourrier.info