L’armée française, véritable maître des rebelles génocidaires d’Alassane Dramane Ouattara, continue de les armer, entrainer et soutenir dans leurs actions malfaisantes contre la nation ivoirienne. Ce sont en effet les rebelles d’Alassane Dramane Ouattara, rebaptisés aujourd’hui Frci, qui commettent les massacres et les tueries en Côte d’Ivoire pour le compte de l’armée française -tel Blackwater en Irak- dans le but de soumettre le digne peuple ivoirien et piller ses richesses. Comme au Rwanda, cette armée criminelle française entraine et arme les génocidaires. Et il se trouve des ressortissants français -de mauvaise foi- qui se disent choqués, lorsqu’on pointe un doigt accusateur sur l’armée criminelle de leur pays, en ce qui concerne les génocides rwandais et ivoiriens. Le pseudo accord de défense signé par le génocidaire burkinabé et l’ex nain hongrois de l’Elysée, n’est en réalité qu’un traité de soumission. La France n’a jamais défendu la Côte d’Ivoire, bien au contraire, il suffit de bien relire l’histoire des relations entre ces deux nations pour comprendre qu’elle l’a toujours sauvagement agressée et pillée, massacrant au passage des dizaines de milliers d’ivoiriens. Pour nous, Hitler n’a rien inventé ! Il n’est qu’un vil plagiaire des méthodes coloniales françaises. 

 

L’accord de Défense entre la Côte d’Ivoire et la France en marche : FRCI et Licorne s’entrainent pour asseoir des stratégies communes

 

DSCN2442

Exercice militaire Akwaba: débarquement des troupes françaises de la Force Licorne
Lundi 19 novembre 2012. Abidjan. Base militaire navale de Locodjro. Début de l`exercice militaire "Akwaba 2012" en présence du ministre délégué à la Défense, Paul Koffi Koffi, du général Soumaila Bakayoko, chef d`état-major général des Forces républicaines (FRCI) et du colonel François-Xavier, chef de corps du 3è Régiment de parachutistes d’infanterie de marine (Rpima), Commandant de la Force Licorne

La coopération militaire entre la Côte d’Ivoire et la France se renforce davantage. 150 soldats de la Licorne, 300 des Forces françaises du Gabon et 150 éléments des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (Frci) se sont rassemblés, hier, à la base navale de Locodjro à Yopougon. Avant de mettre le cap sur Lomo, dans la sous-préfecture de Toumodi, où ils doivent participer ensemble à un exercice de perfectionnement des forces armées de Côte d’Ivoire. C’est à 10h que le Siroco transportant les Forces françaises du Gabon, a accosté à la base navale de Locodjro, sous la supervision du Lieutenant Miriam Faucher. Lors de cette première phase, ils ont reçu les instructions qui guideront l’opération jusqu’au 28 novembre, date de la fin de l’exercice.

« Nous organisons cet exercice dans le cadre des accords de défense. Il s’agit de permettre à toutes ces forces de se retrouver et travailler ensemble pour asseoir des stratégies communes», a indiqué Miriam Faucher. L’exercice qui démarre effectivement aujourd’hui va consister à rencontrer les populations locales, faire des actions médicales et procéder aux entrainements. Après la phase de l’exercice terrestre (le 23 novembre), une séance de tirs sera organisée du 24 au 27 novembre à Lomo. Plus de 130 véhicules ont été mobilisés pour mener à bien cette opération qui doit progresser vers Bouaké. Le constat est net : à travers ces manoeuvres militaires, les forces armées de Côte d’Ivoire se frotteront aux soldats français et surtout bénéficieront de leur expertise en matière de défense nationale pour asseoir une stratégie efficace contre les déstabilisateurs de la Côte d’Ivoire. Pour l’Etat ivoirien, il n’est plus question de laisser prospérer les velléités d’attaques contre les FRCI et les sites stratégiques du pays. La vigilance est de mise et les assaillants sont avertis. 

Lacina Ouattara

Source : le patriote