15184_496368927079785_1480748817_n

Aujourd’hui, avec l’arrestation de Karim Wade, le rejeton de la momie de Dakar, le vieux gorgi Abdoulaye Wade - l’impénitent ennemi de la Côte58800579_p d’Ivoire et des Ivoiriens- on sait maintenant où est passé le butin des chefs rebelles Soro Guillaume et consorts, issu du pillage de la moitié nord de la Côte d’Ivoire, et du casse des coffres -forts de l’agence de la Banque Centrale de l’Afrique de l’Ouest de Bouaké. Fait étrange, Charles Konan Banny le gouverneur de la BCEAO à cette époque, actuel président du comité de réconciliation nationale, ne remarqua pas le moins du monde, cet afflux massif de capitaux dans le circuit bancaire sénégalais. Karim Wade aurait affirmé, lors de son audition par le procureur, qu’il n’était pas le propriétaire de l’immense fortune qui lui est attribué.  Il affirma aussi que certaines personnes avaient profité de sa position pour placer cette immense fortune de plus d’un milliard d’Euro, soit 690 milliards de francs CFA, dans le circuit économique sénégalais. Cela explique aujourd’hui les allers et retours incessants des chefs rebelles sanguinaires, du burkinabé génocidaire Alassane Dramane Ouattara, entre la capitale sénégalaise et Bouaké, le fief de la rébellion. Karim Wade doit être jugé et condamné pour avoir activement participé, avec son renégat de père, au pillage de la nation ivoirienne.