La_crise_en_C_te_d_ivoire

La constitution ivoirienne stipule clairement, qu’aucune élection ne peut se tenir lorsqu’une partie du territoire national est occupée. L’élection présidentielle actuelle est donc anti constitutionnelle.  En effet, la partie nord du pays reste toujours occupée par les rebelles du sanguinaire Blaise Compaoré et de son allié Alassane Dramane Ouattara du RDR. Le redéploiement de l’armée, de la gendarmerie et de la police n’est pas encore réel dans cette partie du pays, qui reste toujours sous la coupe des rebelles. Cette occupation armée du nord de la Côte d’ivoire, a permit l’introduction frauduleuse de milliers d’étrangers dans le fichier électoral, au profit de Alassane Dramane Ouattara du RDR. Les résultats du deuxième tour de l’élection présidentielle du 21 novembre prochain, risquent donc de ne pas refléter la volonté du peuple ivoirien.