4

Comme vous pourrez le constater sur les images1 suivantes, l’actuel palais présidentiel ivoirien du Plateau n’a pas été entièrement construit. Il s’agit ni plus ni moins que d’un embellissement du palais du gouverneur de l’époque coloniale. En effet, c’est sur la structure de béton du palais du gouverneur colonial que fut bâtit le palais présidentiel ivoirien. Ce qui veut dire, en conséquence, que tous les locataires de ce pseudo palais présidentiel -d’Houphouët au burkinabé génocidaire Alassane Dramane Ouattara- ont tous été de simples gouverneurs coloniaux au service exclusif des intérêts français. Toutefois, Laurent Gbagbo, le seul à ne s’être pas soumis à cette règle se retrouve aujourd’hui, tels jadis le roi Béhanzin du Dahomey et Samory Touré de la Guinée, déporté loin de sa terre natale par les autorités coloniales françaises de la métropole.

La mascarade de l’ignoble colonialiste, De Gaule, fut de remplacer les gouverneurs coloniaux blancs, par de nouveaux gouverneurs noirs, créant ainsi l’illusion de l’indépendance. La présence de nombreux agents français officiant au palais présidentiel, pardon… au palais du gouverneur du plateau, d’Houphouët à aujourd’hui, le démontre aisément.

1-Les images cet article sont tirées d’un très bel ouvrage intitulé « Notre Abidjan ». Rédigé par Narcisse Kodjo et Henriette Diabaté - du temps ou elle accomplissait de très belles choses avant de rejoindre les criminels et génocidaires du RDR- Ce livre retrace le développement de la ville d’Abidjan, de l’époque coloniale à nos jours.

 2

3

6_copie